Techniques

mur paysan
ARGUMENTS POUR LA PIERRE SECHE (Roland Mousquès, membre ABPS)
II est question ici de la technique de la pierre sèche dans son ensemble, construction et
restauration des murs de soutènement, de clôture et des bâtis. Les environnements concernés
sont ceux de l’habitat, de l’agricole, du routier et des chemins.
TECHNIQUES
Le mur en pierres sèches est résistant par la souplesse de sa structure il peut subir de
légers mouvements sans être déstructuré. Il «encaisse » les vibrations ! (trafic routier,
secousses telluriques, mouvements géologiques, chocs lors des inondations, etc.).
En 2002 après les inondations dans le Gard, entre Nîmes et Ales, seuls les murs de clôture en
pierres sèches étaient encore debout!
HYDRAULIQUES
Le gros avantage du mur en pierres sèches, tient à la nature drainante de sa structure.
L’absence de mortier permet à l’eau de s’écouler entre les pierres. Le mur de soutènement en
pierres sèches retient la terre et permet aux eaux de pluie de s’écouler en ralentissant leur
cheminement. Toutes les terrasses d’un versant servent, en fait, de bassin de rétention, et
constituent une prévention aux risques d’inondations, (Exemple du Gard et des terrasses
cévenoles).
En cas de sécheresses, ces mêmes terrasses, servent de réserve d’eau. Sa restitution est
différée dans le temps. La terrasse de terre, retenue par le mur pierre sèche, joue un peu le rôle
d’une grosse éponge. Comme le démontre le travail de l’association : « Ressource en eau »,
de Peyrolles dans le Gard. Elle démontre sur le ‘terrain, dans la Vallée Obscure, l’influence
de la restauration des ouvrages en pierres sèches sur les phénomènes hydrauliques :
(écoulements et rétentions).
Les sols recouverts en calades de pierres sèches, montrent une particulière résistance,
dans le temps, aux phénomènes d’érosions hydrauliques et humains.
Les intérêts agricoles de la pierre sèche sont nombreux et très visibles : viticulture,
trufficulture, plantation de vergers, châtaigneraies, cultures de montagne comme les
plantations d’oignons doux en basse-Cévennes, etc.
ECOLOGIQUES
C’est un point fort de la pierre sèche. Car elle répond aux préoccupations des
démarches H.Q.E., de développement durable et des réponses à donner à la crise énergétique
actuelle. Ces murs, sans liant, consomment peu d’énergie et ont un ECOBILAN très
favorable. Les ciments, bétons ou mortiers sont énergivores dans leur fabrication, transport,
mise en oeuvre et recyclage.
La restauration d’un mur en pierres sèches demande très peu d’énergie, si les compléments de
pierres nécessaires sont trouvés sur place. Lorsque les pierres sont triées, rebâties et la terre
replacée sur la terrasse, il ne reste aucun déchets. Il y a un réemploie totale des matériaux.
La structure pierre sèche, avec ses cavités, trous et niches, permet la vie d’une multitude.
d’animaux et de plantes, pour la plus grande joie des biologistes et des habitants. La pierre
sèche participe à la biodiversité.
PAYSAGERS ET PATRIMONIAUX
Pour celui qui aime regarder, il est évident que les constructions pierre sèche
structurait la qualité d’un paysage ou la beauté d’un site. Admirer un site pierre sèche est le
grand plaisir des habitants et des visiteurs.
D’un point de vue économique, les impacts sur le tourisme et ses retombées sont intéressants.
II suffit pour s’en convaincre de feuilleter les nombreux livres, revues, publications qui
montrent ces paysages de pierre sèche.
La pratique de la technique pierre sèche permet les restaurations de tout un patrimoine
vernaculaire : murs de soutènement, escaliers, niches, cabanes et constructions en pierre
sèche, calades, mur de clôture, etc. Ce patrimoine constitue une mémoire locale et une
immense richesse culturelle. Nous devons le restaurer et le montrer.
DU MAINTIEN D’UN SAVOIR-FAIRE
On aborde ici l’importance, dans notre société, du maintien et de la transmission du
savoir-faire; Car à travers lui on redonne à l’humain son importance. La pierre sèche est un
travail à l’échelle de l’homme. C’est le savoir-faire du murailler qui fait tenir un mur et non la
perfection d’une machine ou d’un matériau. C’est le savoir-faire qui rend visible le plaisir de
ce que l’on fait. Cela permet de redonner un sens positif au mot travail. Si le travail à un sens,
on a alors plaisir à le faire.
L’aspect éminemment manuel de ce travail, donne à cette activité une dimension créatrice
d’emploi, non négligeable à notre époque.
POUR L’HOMME, ESTHETIQUES ET QUALITES DE VIE
Pour finir replaçons au centre de la pierre sèche: « L’HOMME ». Les ouvrages en
pierres sèches sont le plus souvent esthétiques. Ce qui est beau à faire et à regarder donne de
la qualité à la vie de l’homme. La construction en pierre pèche permet véritablement un
travail expressif et créatif, par la qualité de l’exécution et par l’imaginaire des formes et des
couleurs. Le jeu rejoint le travail! Ces aspects, manuels et créatifs, aident à faire de ce travail
de la pierre sèche un plaisir ! Ce travail « pousse » à être « bien dans sa peau » ! Lors de
stage d’insertion, on a vu des jeunes découvrir le plaisir de bâtir et donc de se « rebâtir »!
Une journée de pratique de la pierre sèche, calme et relativise les tracas de la vie quotidienne!

Roland MOUSQUÈS, membre des ABPS
Figeirolles
VIALAS

Ajouter un commentaire

Les commentaires sont vérifiés avant publication.
Nom Message
Pays
Ville
Email
Site web
Message